Rechercher
  • Conseil Citoyen

Propositions de Carole Burillon, tête de liste de Prendre un temps d’avance sur le 3ème.


1. Quelles sont vos propositions pour développer demain la participation des habitants et notamment de ceux qui peuvent avoir des difficultés à participer aux concertations ? Comment comptez-vous soutenir concrètement l’action des conseils citoyens tout en garantissant leur indépendance ? Qu’est ce qui pourrait être fait dans notre quartier ?

« Nous souhaitons continuer à ancrer le citoyen dans la vie démocratique locale, à l’instar de ce qui a été fait, notamment en renforçant encore le rôle des instances de participation citoyenne. Nous ferons également de Lyon un laboratoire de la participation citoyenne en continuant à proposer aux lyonnais des projets de concertation et en renforçant leurs possibilités d’expression dans les processus de décision. Nous souhaitons également mettre en œuvre une réflexion pour apporter plus de cohérence et une vision commune de la participation citoyenne sur notre territoire, notamment en nous engageant dans un Pacte de la participation lyonnaise, avec la Métropole de Lyon.

Nous voulons entreprendre un projet ambitieux pour intégrer les lyonnais au centre de l’action publique et permettre à ceux moins bien intégrés socialement et politiquement, de faire entendre leur voix. Ce fut d’ailleurs l’un des objectifs du législateur dans la loi de 2014, qui a créé les Conseils citoyens.

Aussi nous souhaitons que les Conseils citoyens continuent à être les 1er interlocuteurs, dans la mise en œuvre des politiques impactant leur quartier, mais également de leur permettre de se faire entendre facilement auprès des élus d’arrondissement et auprès de l’Adjoint en charge de la participation citoyenne.

Un budget participatif

Nous nous engagerons dans le sens d’une plus grande participation de ses citoyens, dans la définition des priorités communales. La mise en place d’un budget participatif permettra aux lyonnais de s’exprimer sur leurs priorités et leur permettre de mieux s’approprier la politique menée, mais également comprendre les contraintes qui existent dans l’exercice de l’affectation d’un budget (par exemple budget de fonctionnement et d’investissement).

En ce sens nous mettrons en place un véritable budget participatif dans notre Ville, qui sera voté par le Conseil municipal et débattu au niveau des arrondissements. Ce budget dédié de 1 millions d’euros pour la ville, sera entièrement affecté selon les souhaits des lyonnais, à l’occasion d’une série de conférences citoyennes. En ce sens,les instances de participation citoyenne et notamment les Conseils citoyens, auront une place importante pour faire remonter les volontés des habitants, notamment en ayant la possibilité de faire des propositions pour l’ensemble d’un quartier. Elles seront des interlocutrices privilégiées dans la mise en œuvre des conférences citoyennes, qui aboutiront sur le vote du budget participatif.

Quant au budget de la Métropole, il fera l’objet d’une discussion avec toutes les communes composant cette dernière, au début du prochain mandat.

Continuer à proposer de grandes concertations numériques

En 2016, la Ville de Lyon s’est lancée dans une nouvelle démarche dans la participation citoyenne : la consultation numérique. Le grand succès et l’intérêt que les lyonnais ont porté à ces concertations nous pousse à vouloir poursuivre et amplifier ces démarches.

Nous souhaitons continuer à mettre en place des consultations citoyennes sur une diversité de sujets intéressant les lyonnais. Nous organiserons des moments démocratiques ambitieux sur des thématiques comme les mobilités ou l’aménagement du territoire de notre ville.

Les instances de participation citoyenne seront des interlocutrices privilégiées dans le cadre de ces projets, pour se faire les relais de ces démarches, mais également pour construire en leur sein des propositions collectives sur des sujets donnés.

Par ailleurs, nous n’oublions pas que les démarches numériques ne sont pas suffisantes, nous continuerons donc, dans le cadre de chaque projet de concertation, à organiser des ateliers de réflexion présentiel, auxquels les Conseils citoyens seront naturellement associés. Il s’agira aussi de permettre aux personnes ayant des difficultés avec le numérique ou la langue française, de pouvoir être associées à ces démarches de concertations, alors qu’elles sont trop souvent éloignées de l’exercice politique habituel.

Créer un grand rendez-vous de la participation citoyenne

Nous organiserons des Rencontres des Instances citoyens, à raison d’une par semestre, pour échanger sur les actualités de ces instances dans un même arrondissement et mener ensemble des projets et des réflexions communes. Ces rencontres seront également l’occasion pour les instances de participation, et notamment les Conseils citoyens, de définir un ordre du jour aboutissant sur une rencontre entre ses membres, les Conseils de quartier, les élus d’arrondissement, les associations, etc.

Ces Rencontres seront l’occasion de communiquer sur les actualités des différentes instances, envisager des projets communs, mais également de faire entendre leur voix, auprès des Conseils d’arrondissement, sur une variété de sujets.

Ouvrir la possibilité de co-construire les politiques publiques, en lien avec les instances de participation citoyenne

Nous proposerons sur la plateforme numérique dédiée à la participation un espace d’échange libre entre citoyens, où ces derniers pourront faire des propositions en termes de politiques publiques et suivre l’évolution et la mise en œuvre des mesures issues des consultations précédentes.

Dans ce cadre, nous pourrions envisager un espace dédié aux Conseils citoyens et aux Conseils de quartier, où ces derniers pourraient communiquer sur leurs actualités, faire entendre leurs propositions et formuler une réponse collective aux projets de participation citoyenne, menée par la ville.

Garantir le bon exercice et la participation citoyenne et rester à l’écoute des citoyens lyonnais

Pour garantir le bon fonctionnement des actions de participation citoyenne et de démocratie locale nous proposerons d’adopter une Charte de la participation, qui permettra de garantir aux citoyens que les propositions faites lors des consultations seront respectées. Cette charte permettra également de définir quelles seront les modalités des exercices de participation citoyennes et de consultation ou encore les conditions auxquelles les citoyens pourront se saisir des enjeux qu’ils souhaitent voir débattu par notre exécutif. Nous pourrions également envisager d’intégrer dans cette charte des éléments concernant les droits et les devoirs des instances participatives et ainsi consolider leur droit d’indépendance, par ailleurs déjà conféré par la loi.

Nous nous engagerons également à être à l’écoute des citoyens et des instances citoyennes de la ville. Nous faciliterons ainsi la prise de contact entre les Conseils citoyens et l’Adjoint en charge de la démocratie participative. Cela permettra aux instances, comme les Conseils citoyens, de communiquer sur leurs actualités et de faire entendre leurs propositions et leurs besoins.

La participation citoyenne au service du quartier Moncey

La participation citoyenne doit avant tout être mise au service des habitants du quartier. Au cours de la prochaine mandature, l’achèvement de la promenade Moncey, ainsi que l’ouverture de la place Gabriel Péri vers les quartiers anciens (qui pourrait passer par la destruction du petit Clip), continueront l’achèvement de projets qui contribueront grandement à améliorer la qualité de vie dans ce quartier.

Par ailleurs, nous resterons à l’écoute des souhaits des habitants de ce quartier, notamment en ayant toujours une oreille attentive à leurs propositions, qui se sont toujours avérées très constructives par le passé. Nous accueillerons avec plaisir, dès le début du mandat, les représentants des instances de participation du quartier Moncey/Guillotière, pour que ces dernières puissent faire des propositions quant à l’avenir de leur quartier. Nous continuerons également à associer les instances, tel que le Conseil citoyen, Conseil de quartier, Cil, associations de commerçants et associations d’habitants du quartier, à tous les grands projets d’urbanisme et d’aménagement du quartier. »


2. Etes-vous d’accord pour maintenir l’identité de notre quartier : un quartier de centre-ville avec une grande diversité de population, une forte tradition d'accueil, de convivialité et d'attractivité commerçante. Quelles sont vos propositions pour permettre que populations d’ici et populations venues d’ailleurs, que populations à faibles ressources et celles plus aisées continuent à bien vivre ensemble, sans exclusion et notamment en matière de logements décents et abordables pour tous ?


« Le maintien de l’identité du quartier Moncey, de par sa tradition d’accueil et son cosmopolitisme, tombe sous le sens.Nous souhaitons bien sûr maintenir l’identité et la qualité de vie dans ce quartier, en permettant que la convivialité, l’attractivité, la mobilité et les bonnes conditions de vie de chacun soient respectées.

Pour cela il est nécessaire d’organiser un dialogue constant et apaisé entre les habitants. C’est d’ailleurs l’une des raisons d’être des Conseils citoyens, créés par la loi, pour permettre la participation de ceux qui, trop souvent, se sentent exclus des processus démocratiques. Nous contribuerons bien sûr à ce que les Conseils citoyens puissent mener leurs missions, en restant à leur écoute et en les accompagnant dans leurs projets. »


3. Concernant la place Gabriel-Péri et sa proximité, êtes-vous d’accord avec les propositions (ci-dessous) du conseil citoyen et quels sont vos projets et engagements à ce sujet ?


— L’aménagement de la place doit évoluer et le CLIP ne doit pas rester en l’état.


« Tout à fait d’accord.

Nous pensons qu’il est nécessaire de détruire le petit Clip, afin d’ouvrir la place Gabriel Péri vers les quartiers anciens, dont l’architecture apportera beaucoup au paysage du quartier. Cela permettra également de lutter contre les incivilités et les problèmes de sécurité qui ont cours dans cette zone. »


— Une approche globale d’aménagement de la Place Gabriel Péri dans son ensemble est indispensable en prenant en compte les liens avec les quartiers qui l’entourent. Elle nécessite un investissement financier massif, incluant la problématique du logement et de l’occupation des rez-de-chaussée. Cela inclut les commerces mais aussi des services au public autour de cette place.


« Tout à fait d’accord.

L’aménagement de la place Gabriel Péri dans son ensemble sera un de nos projets phare pour le développement de ce quartier. La destruction du petit Clip apportera un meilleur lien entre les quartiers et une meilleure qualité de vie. La prise en compte des quartiers qui l’entourent a déjà été étudiée avec l’aménagement de la promenade Moncey et le parking de la DDE. Cet aménagement permettra une ouverture sur l’avenue de Saxe et au-delà sur le quartier de la Part-Dieu. »


— Un projet architectural ne peut suffire. Il faut une approche globale comprenant les enjeux urbains, l’aménagement physique mais aussi un vrai projet social.


« Tout à fait d’accord.

Nous avons à cœur que les habitants de Lyon vivent toujours mieux et nous pensons que les projets d’urbanisme ne sont pas suffisants, ils doivent toujours s’accompagner d’un projet social et intégrer la dimension humaine. Il nous faut absolument conserver les éléments patrimoniaux uniques de ce quartier en plein centre de Lyon. Nous devons également travailler de manière très importante avec les bailleurs sociaux, présents sur ce secteur. »


— La concertation dans la durée avec les habitants et les commerçants est essentielle.


« Tout à fait d’accord

Aucun projet de concertation ne saurait être mené, sans que les principaux concernés, en l’occurrence les habitants et commerçants du quartier, ne soient associés à la démarche.Nous avons déjà prouvé dans le passé, que la concertation pour nous était un élément fondamental. Nous encourageons la création d’associations de commerçants afin de pouvoir dialoguer avec des structures constituées. »


— Pour cela des études complémentaires seront nécessaires, pas seulement techniques mais prenant en compte les usages des lieux


« Tout à fait d’accord »


— Les aménagements devront prendre en compte un désir fort de végétalisation et de lutte contre les îlots de chaleur


« Tout à fait d’accord

La lutte contre les fortes chaleurs et le besoin de rendre nos quartiers plus verts sera un axe essentiel de notre démarche. Nous mettrons ainsi en place un plan de végétalisation de ces quartiers, en lien avec les instances citoyennes, en leur demandant d’élaborer un inventaire des lieux susceptibles d’accueillir des plantations en pleine-terre.»


— Un suivi durable (entretien des espaces publics, régulations des dysfonctionnements ou des délits, …) par les services publics à la hauteur des enjeux de ce quartier central et très fréquenté doit se poursuivre et s’intensifier.


« Tout à fait d’accord. Nous avons la chance, pour mener à bien cette mission d’avoir le commissariat du 3ème arrondissement implanté sur le secteur  et avec lequel des projets doivent-être menés. »


— Il y a une urgence à agir sans attendre le projet global au bout de plusieurs années. Un plan de transition entre la situation actuelle est à imaginer et les différentes phases d’aménagement qui prendront forcément du temps


« D’accord.

C’est dans cette perspective que nous proposerons aux instances citoyennes et notamment aux Conseils de quartier et Conseils citoyens, de s’engager à nos côtés pour construire ensemble un projet inclusif, qui profitera à chacun. C’est pour cela que de nombreuses mesures ont été prises et nous continuerons dans ce sens, avec un phasage sur plusieurs années.»


4. Etes-vous favorable à une démarche participative associant habitants et parents d’élèves, en lien avec l’école, pour concevoir le futur aménagement devant l’école Paul Painlevé ?


« Nous pensons que la participation citoyenne doit se faire de manière à toujours intégrer en priorité les personnes qui sont directement touchées. En ce sens il semble indispensable que les enseignants, les parents d’élèves, les habitants, les agents de la ville et même les enfants (accompagnés par une structure habilitée, comme ce fut le cas dans la concertation sur les rythmes scolaires), soient associés à une éventuelle démarche participative dans le cadre des aménagements autour de l’école Paul Painlevé.»

38 vues

Posts récents

Voir tout

© 2019 par Le CONSEIL CITOYEN Moncey Voltaire Guillotière.

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle