Rechercher
  • Conseil Citoyen

La réponse de Catherine Panassier Tête de Liste Ensemble Avant tout avec David Kimelfeld

Circonscription Lyon Nord En accord avec Georges Képénékian pour Respirations Lyon 3


1. Quelles sont vos propositions pour développer demain la participation des habitants et notamment de ceux qui peuvent avoir des difficultés à participer aux concertations ? Comment comptez-vous soutenir concrètement l’action des conseils citoyens tout en garantissant leur indépendance ? Qu’est ce qui pourrait être fait dans notre quartier ?


<< Avec la création de la Métropole, qui a élargie les compétences de la communauté urbaine aux domaines de la solidarité et de l’éducation, nous avons désormais de grandes responsabilités. Cela nous impose de répondre davantage aux besoins et attentes tant urbaines que sociales de tous les habitants de notre agglomération. Nous devons écouter et dialoguer avec eux. Nous voulons d’abord redonner du pouvoir aux citoyens. Les débats qui préparent les décisions politiques de la Métropole doivent s’enrichir d’une concertation plus large et obligatoire dans certains cas. Cela suppose la création d’une participation citoyenne nouvelle, notamment pour mieux prendre en compte ceux qui s’expriment peu aujourd’hui et notamment les jeunes, les plus fragiles, ceux qui n’osent pas venir dans les réunions formelles et prendre la parole en public. Cela suppose de fait de partager avec les instances d’habitants cette volonté d’aller vers les actuels « sans voix » et la transformation des instances de dialogue.

Nous créerons un budget participatif

Nous créerons un budget participatif doté de 35 millions d’euros par an qui permettra de financer les projets directement proposés par les habitants de la Métropole, ce qui représente 5% du budget d’investissement métropolitain et près de 2,5 millions d’euros annuels par circonscription métropolitaine en moyenne.

En lien avec les mairies d’arrondissements, tous les domaines de la vie seront concernés : développement durable, propreté, cadre de vie, circulation/transports, culture, sport, espaces verts, lien social, éducation, jeunesse, convivialité, sécurité, etc.

Concrètement, les habitants de la Métropole proposeront leurs projets via le site internet dédié. La Métropole évaluera ensuite la faisabilité et les coûts des projets proposés, en consultation avec les maires. Les projets réalisables seront soumis au vote des habitants de la Métropole via le site internet dédié. Une fois le vote terminé, les projets sélectionnés seront financés et/ou réalisés par la Métropole, en collaboration avec le porteur du projet et les habitants qui le souhaitent.

En tant que représentante de la métropole sur la circonscription F, j’aurai à cœur de soutenir ces initiatives pour que les projets proposés in fine sur le site internet dédié soient le fruit d’une large réflexion et concertation dans l’intérêt général et le souci d’une représentation du plus grand nombre d’habitants. Nous créerons une assemblée citoyenne de proximité

Dans chaque circonscription métropolitaine, une assemblée citoyenne de proximité sera constituée pour 2 ans. La moitié des membres de chaque assemblée sera tirée au sort sur les listes électorales et l’autre moitié sera constituée, sur candidature, de représentants du monde associatif, des instances citoyennes et organismes divers présents sur le territoire. Nous veillerons à ce que une large représentation soit respectée et que ceux qui ont des difficultés à s’exprimer puissent le faire. Et, cette assemblée sera formée sur les thématiques métropolitaines.

L’assemblée citoyenne sera consultée par la Métropole de Lyon pour donner ses préconisations et avis sur les politiques publiques de la Métropole et notamment sur leur impact dans la vie quotidienne au plus près du terrain. L’assemblée pourra également s’autosaisir sur des thèmes et sujets dont elle souhaite se faire l’écho. L’assemblée présentera ses préconisations et avis à la Métropole, directement ou via le Conseil de développement. La Métropole tiendra compte de ces préconisations et avis dans la construction ou le suivi de ses politiques publiques.

Nous mettrons en place la délibération d’initiative citoyenne.

Avec un minimum de 50 000 signatures, les habitants de la Métropole pourront faire inscrire à l’ordre du jour du Conseil Métropolitain un sujet d’intérêt général qui relève des compétences de la Métropole afin que les élus en débattent en séance publique.

Nous proposerons des référendums citoyens.

À travers des grandes consultations citoyennes, les habitants de la Métropole pourront se positionner sur un sujet ou un projet métropolitain. Tous les habitants de la Métropole inscrits sur les listes électorales pourront participer. Ces référendums citoyens pourront également être organisés localement, à l’échelle d’une circonscription.

Nous renforcerons le dialogue avec les conseils citoyens dans les quartiers populaires

Les Conseils citoyens seront associés à l’ensemble des concertations liées aux projets urbains. Notamment dans le cadre de charte pour la co-construction de la Métropole. Nous souhaitons en effet réunir tous les acteurs de l’aménagement, de la sphère publique et privée : promoteurs, aménageurs, architectes, urbanistes, entreprises du BTP, mais aussi collectifs citoyens, conseils citoyens et de quartier, communes et Métropole (techniciens et élus), comités d’intérêt local, afin d’écrire une charte de la co-construction de la Métropole dans le cadre d’assises que nous organiserons durant le 2ème semestre 2020.

Ces assises permettront de définir et formaliser avec tous les acteurs présents l’ensemble des principes que chacune des parties signataires s’engagera à respecter en matière de transparence, de participation citoyenne dans l’aménagement du territoire, de commande publique, de densité, de respect du patrimoine bâti et naturel, d’acceptabilité des chantiers, etc.

Cette charte déterminera également les modalités du suivi et d’évaluation. >>


2. Etes-vous d’accord pour maintenir l’identité de notre quartier : un quartier de centre-ville avec une grande diversité de population, une forte tradition d'accueil, de convivialité et d'attractivité commerçante. Quelles sont vos propositions pour permettre que populations d’ici et populations venues d’ailleurs, que populations à faibles ressources et celles plus aisées continuent à bien vivre ensemble, sans exclusion et notamment en matière de logements décents et abordables pour tous ?


<< Maire du 3ème arrondissement je connais la richesse, la diversité mais aussi les difficultés du quartier. Il est nécessaire que nous défendions son histoire et que nous parvenions à maintenir en centre-ville ce quartier populaire tout en y améliorant la qualité de vie.

Nous avons bien conscience que les quartiers populaires ont besoin de dispositifs spécifiques et renforcés. Ce sont les outils de la politique de la ville. C’est pourquoi nous poursuivrons le renouvellement urbain des quartiers de la politique de la ville retenus dans le cadre du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU). Nous consacrerons également un plan d’investissements au renouvellement urbain dans les quartiers en veille active, comme le secteur Moncey Paul Bert dans le 3e et la Guillotière dans le 7 e , pour mobiliser, plus fortement, les outils de droit commun.

Dans une volonté de mixité, l’accès au logement quel que soit le quartier choisi est pour nous une priorité et se retrouve au cœur de nos politiques sociales. C’est pourquoi nous renforcerons les moyens financiers que la Métropole dédie à cette politique et créerons des dispositifs innovants pour répondre à la crise du logement. Le droit à se loger de manière décente est un droit fondamental que la Métropole doit garantir à tous ses habitants.

Nous faisons plusieurs propositions ambitieuses :

Fixer un objectif global de production de 50 000 logements d’ici 2026 dont 40% de logement social, dont 20% de logement pour les étudiants et apprentis, 20% de logement abordable, 10% de logement intermédiaire, répartis de manière équilibrée sur le territoire.

Nous aiderons les ménages les plus modestes à acquérir leur premier logement avec le plan 3A d’aide à la primo-accession, avec le versement de primes à l’achat entre 2 000 € et 6 000 € sous conditions de ressources et en fonction de la situation familiale.

Nous renforcerons le plan Logement d’Abord pour lutter contre le sans-abrisme Nous lutterons contre l’habitat indigne avec, en plus, l’expérimentation du « permis de louer » dans certains quartiers dégradés.

Plus particulièrement sur le quartier Moncey Voltaire Guillotière

Nous intégrerons plusieurs immeubles anciens à l’Office Foncier solidaire de l’habitat afin d’assurer leur réhabilitation et leur mise sur le marché à un tarif régulé.

Nous poursuivrons les réhabilitations dans le cadre de la lutte contre l’habitat indigne avec les propriétaires privés et en associant les bailleurs sociaux.

Nous soutiendrons l’émergence de nouvelles formes d’habitat, coopératif, intergénérationnel et évolutif.

Par ailleurs, de nombreuses études l’ont prouvé, le commerce participe à la requalification des quartiers et à la qualité de vie des habitants en offrant des services diversifiés et en répondant aux besoins en commerce de proximité. Le quartier est connu et reconnu pour la qualité de ses épiceries, pâtisseries, boucheries, bazars et magasins de robes de mariée et de soirée. Une identité que nous soutiendrons. Nous renforcerons également la diversification de l’offre commerciale et artisanale par la réintroduction d’activités diurnes et de services de proximité dans les pieds d’immeubles.

Enfin nous accompagnerons les acteurs locaux dans leurs activités à destination de tous les publics en renforçant l’implantation du Centre social Bonnefoi avec la mise à disposition de nouveau locaux. >>


3. Concernant la place Gabriel-Péri et sa proximité, êtes-vous d’accord avec les propositions (ci-dessous) du conseil citoyen et quels sont vos projets et engagements à ce sujet ?


* L’aménagement de la place doit évoluer et le CLIP ne doit pas rester en l’état.


<< Comme je l’ai déjà annoncé, je souhaite que nous puissions ré-ouvrir ce quartier sur la ville. Cela passe nécessairement par la démolition du Clip. Sa construction dans les années 90 a enfermé ce quartier et confiné ses habitants. On a construit un mur entre l’accès au centre-ville et le quartier, une séparation, une frontière. Une décision qui a logiquement généré un sentiment de relégation face au mépris de toute la population de ce quartier populaire de Moncey. Lorsque l’on pense aux habitants, et à tous ceux qui aiment ce quartier, il est facile de comprendre l’attente d’une bouffé d’air, facile de comprendre l’attente de voir ce mur tomber au moins en parti pour rouvrir le quartier à la ville, facile de comprendre l’attente d’une décision qui marque clairement la reconnaissance de tout un quartier. Le Clip est une erreur urbaine à réparer. Une nouvelle place avec un front bâti repensé dans le respect historique de l’urbanisme particulier de ce carrefour majeur vers le centre de la ville doit être étudié, discuté, et réalisé. >>


* Dans cette perspective, une approche globale d’aménagement de la Place Gabriel Péri dans son ensemble est indispensable en prenant en compte les liens avec les quartiers qui l’entourent. Elle nécessite un investissement financier massif, incluant la problématique du logement et de l’occupation des rez-de-chaussée. Cela inclut les commerces mais aussi des services au public autour de cette place.


<< Comme évoqué précédemment si nous voulons faire évoluer ce quartier, il est essentiel que nous menions une réflexion globale sur le quartier qui prenne en compte les politiques de logement mais aussi de développement économique, la dynamique culturelle et bien sur l’action sociale. Cela passe par l’intégration d’immeubles anciens dans l’office foncier solidaire de l’habitat pour réguler les prix de l’immobilier, la mise en œuvre d’un droit de préemption pour pouvoir agir sur la dynamique commerciale et le soutien aux acteurs locaux.

Cela passe également par une étude urbaine large qui inclut la liaison au pont et les liaisons avec la Guillotière côté 7eme. Cette étude devra aussi s’appuyer sur l’histoire particulièrement riche et singulière du quartier et respecter les éléments patrimoniaux. Dans cet objectif, les instances participatives des 2 arrondissements devront travailler conjointement. >>


* Un projet architectural ne peut suffire. Il faut une approche globale comprenant les enjeux urbains, l’aménagement physique mais aussi un vrai projet social.


<< Effectivement, il faut que nous fassions de ce quartier un véritable quartier de centre-ville populaire. Il essentiel si nous voulons lutter contre la gentrification de développer des espaces d’innovation et d’expérimentation avec une attention toute particulière sur l’habitat partagé et l’habitat collaboratif. A ce titre les bailleurs ont un rôle central à jouer. >>


* La concertation dans la durée avec les habitants et les commerçants est essentielle.


<< Certes, cette concertation doit avoir lieu en amont pour la définition du projet mais aussi tout au long de sa mise en œuvre afin que l’on puisse intégrer les expertises d’usage et adapter les réponses. >>


*Pour cela des études complémentaires seront nécessaires, pas seulement techniques mais prenant en compte les usages des lieux.


<< A l’instar du travail qui a été a enclenché dans domaine de la sécurité dans le cadre du Comité de pilotage Gabriel Péri, nous devons interroger l’ensemble des usages et des dysfonctionnements du secteur pour construire collectivement des réponses pertinentes notamment en terme de mobilités. Un processus de dialogue et d’étude sera mis en œuvre de façon permanente pour définir et développer le projet global et ses différentes déclinaisons >>


* Les aménagements devront prendre en compte un désir fort de végétalisation et de lutte contre les îlots de chaleur


<< Bien sur le projet que nous souhaitons porter pour cette place est un projet qui réponde au défi de l’urgence climatique et qui s’inscrit dans notre volonté de végétalisation des espaces publics. La station de métro sous la place freinera probablement nos ambitions de plantation en pleine terre de grands sujets, mais d’autres solutions seront collectivement à imaginer. >>


* Un suivi durable (entretien des espaces publics, régulations des dysfonctionnements ou des délits, …) par les services publics à la hauteur des enjeux de ce quartier central et très fréquenté doit se poursuivre et s’intensifier.


<< Au-delà de l’entretien des espaces publics qui bénéficient déjà dans le quartier de moyens supplémentaires, il est primordial qu’un travail conjoint de sensibilisation et de verbalisation soit renforcé. C’est un des rôles que nous voulons confier à notre police Métropolitaine qui travaillera en coordination avec les médiateurs de rue. Dans ce même objectif, nous souhaitons également soutenir les initiatives locales d’éducation à la citoyenneté. >>


*Il y a une urgence à agir sans attendre le projet global au bout de plusieurs années. Un plan de transition entre la situation actuelle est à imaginer et les différentes phases d’aménagement qui prendront forcément du temps.


<< A l’image du travail que j’ai souhaité initier sur la place Ballanche, avec le réaménagement du passage Ballanche et avec l’artiste Rezo sous le passage Moncey, il est en effet essentiel que dès à présent nous puissions agir sur l’ambiance de certains secteurs. Ce temps doit aussi être celui de l’expérimentation avec par exemple des installations temporaires >>


4. Etes-vous favorable à une démarche participative associant habitants et parents d’élèves, en lien avec l’école, pour concevoir le futur aménagement devant l’école Paul Painlevé ?


<< Bien évidemment les parents d’élèves comme l’ensemble des habitants doivent être associé à ce projet. Et à ce titre le Conseil citoyen Moncey Voltaire Guillotière mais aussi le conseil de quartier Moncey Préfecture et l’équipe éducative de l’école ont un rôle essentiel. Mais comme cela a été le cas dans le cadre du projet d’aménagement du parvis du collège Dufy, les enfants eux même doivent être associés à ce travail. Ce sont eux les futurs habitants de la ville que nous construisons, il faut dès à présent qu’ils en fassent partie à part entière. >>

69 vues

Posts récents

Voir tout

© 2019 par Le CONSEIL CITOYEN Moncey Voltaire Guillotière.

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle